premier semestre 1860 - Paris et environs

Les prussiens aux portes de Paris !


L'histoire débute avec un seul personnage (Lucien Tremillon), il est détective et va vivre un réveillon mouvementé… Son mentor vient d'être assassiné, mais son agresseur livre le nom d'un club privé : le Limaçon Brun. Il était en train d'enquêter sur une affaire proposée par la Française des Forages.
En arrivant dans ce club Lucien Tremillon rencontre Gaël Desbiens (journaliste) et Irvinn Steelhorn (historien) qui font partie d'un orchestre : le Quatuor Concertant. Ils sont en train d'évoquer la disparition de Zan Zu d'Eridu (une danseuse) et sont surpris par les questions de Lucien concernant Le Beau Steph. Les deux affaires semblent confusément liées. Efnar Akengren et le comte Gorowsky entrent dans la danse puis le Beau Steph fait son apparition.
Les deux hommes de main du Beau Steph (Alexandre Vauquelin et William K.) le trahissent et proposent d'aider les amis de Zan Zu d'Eridu à la retrouver. Ces nouveaux alliés seront précieux pour la poursuite de l'enquête, momentanément suspendue pour les festivités du nouvel an.
Gentlemen aidant les pompiers
L'enquête va commencer lorsque fait son entrée en scène un personnage assez voyant : le Baron de la Feuillantine de Fressenssac qui est attaché de direction à la Française des Forages. Il veut soutenir incognito Lucien dans ses investigations. Les enquêteurs ont dû mettre le doigt sur quelque chose d'assez important puisque tous reçoivent des intimidations, étrangement elles sont fortement teintées de vaudou…
Ces menaces n'ont pas eu l'effet escompté puisque les enquêteurs se séparent pour ratisser par petits groupes le plus d'informations possible. Ils rencontrent Alexandre et William sous le pont d'Austerlitz qui apporteront des informations sur le Beau Steph, se rendent au commissariat, activent leurs réseaux de contacts et se retrouvent sur le pont Neuf. Le Limaçon Brun devient le point de ralliement. Alexandre et William découvrent que le Beau Steph souhaite éloigner les fouineurs des entrepôts de la société Port' à Port'. Aussi, nos héros s'y engouffrent t'ils après avoir reconnu le terrain grâce au ballon emprunté par Charles Henri.
La visite des entrepôts de nuit dans le froid glacial est assez éprouvante mais fructueuse. Quelqu'un a été détenu dans un entrepôt et un charetier de Port' à Port' du nom de Marc Latton a assuré un transport de nuit la semaine précédente. Par ailleurs Elmer fait fonctionner sa machine infernale en présence des gardes de l'entrepôt.
Retrouver le domicile de Marc Latton a été assez simple mais il était absent, le Comte invite alors la famille Latton à dîner. C'est pendant le dîner que Marc Latton révèle l'endroit ou a été transféré le prisonnier : dans un pavillon à Chantilly.
Dès le lendemain, la poursuite de Zan Zu d'Eridu commence, le pavillon où elle est détenue est repéré mais y entrer n'est pas si simple. C'est avec l'aide des gendarmes que la fouille de la maison peut commencer. Pendant la fouille du pavillon de Chantilly, nos enquêteurs découvrent une cave secrète. Les deux "habitants" de la maison tentent de s'enfuir. L'augusten d'une agilité diabolique parvient à partir mais pas le "colonel" qui est rattrapé dans les bois par Lucien et incarcéré. Zan Zu d'Eridu est finalement retrouvée et secourue, elle avait été cachée dans le double fond d'un chariot.
Le Comte Gorowski arrive du Limaçon Brun où il a trouvé le cuisinier blessé et le majordome enlevé. Après avoir confortablement installé Zan Zu, la fouille de la cave reprend, des fusils à aiguille prussiens sont découverts qui attestent de la nationalité de cette base. Mais la caisse était piègée et une grenade explose ! Elmer et le Capitaine sont grievement blessés.
Immobilisés au pavillon, les soins s'organisent, mais la convalescence est émaillée de visites de curieux du village. En soirée Jean Clottereau du Club de Bridge passe, bientôt suivi par Adhémar Collet et Liam O'Flaherty. Pendant la nuit, une intervention musclée de Jean Clotereau est stoppée par Adhémar Collet qui entend bien recruter nos enquêteurs pour les services secrets de l'empire. Les espions prussiens, annoncés par la lettre trouvée dans les affaires du "colonel", qui venaient prendre livraison des armes cachées dans la cave sont arrêtés, ils devaient livrer ces armes à Paris.
A l'aube du lendemain, les occupants du pavillon sont réveillés par des coups de feu puis par une visite inattendue : Doudou apporte la tête du beau Steph et est recruté par le Comte Gorowski. De retour à Paris,le Club Objectif 1900 qui est une cellule du contre-espionnage anti prussien est fondé.
L'enquête débtutée par Jean Plat sur la mine d'or semble liée au trafic d'armes, Objectif 1900 est missionné pour partir éclaircir tout ceci en Afrique.

Réveillon mouvementé

En ce 31 décembre 1859, il fait très froid, les voies sur berges sont inondées puisque la Seine est en crue d'une exceptionnelle amplitude. Alors que Lucien Tremillon passe le nouvel an 59-60 avec ses amis de la Soule, il rentre chez lui en grand-bi pour se munir de bouteilles et poursuivre la petite fête.
L'arrivée dans la rue de La Roquette est plutôt surprenante puisqu'un incendie s'est déclaré chez lui. Il monte les étages 4 à 4 puis tente d'entrer mais la porte est bloquée par un meuble. Il se jette alors sur celle-ci qu'il défonce pour se retrouver nez à nez avec un cambrioleur. Celui-ci, surpris, jette sans succès un couteau dans la direction de Lucien qui esquive et se rue sur son agresseur. Au cours de la bagarre, le voleur est neutralisé, questionné par Lucien furieux de constater que son patron et ami, Jean Plat gît, mort, dans la pièce, un couteau entre les omoplates.
Avant de sombrer dans l'inconscience, l'homme de main de type sud-américain donne à Lucien le nom d'un club du XIIIème : Le Limaçon Brun, et un nom : Le Beau S... Dans le manteau de l'homme, Lucien trouve le dossier de l'enquête dont vient d'être chargé Jean. Lucien, médusé, prévient la police puis se rend au club ou le propriétaire, après s'être fait tirer l'oreille, lui montre une table où sont selon lui deux personnes connaissant Le Beau Steph. Tous deux, curieusement, ne semblent pas connaître Le Beau Steph…

Disparition de Zan Zu d'Eridu

Gaël Desbiens arrive au Limaçon Brun où il rencontre l'ami de Zan Zu d'Eridu, Irvinn Steelhorn, qui joue avec lui dans le "quatuor concertant". C'est une formation musicale qui se produit régulièrement dans ce club privé ouvert aux seuls mélomanes. Après avoir parlé musique, la conversation porte sur un sujet plus alarmant : la disparition de Zan Zu d'Eridu. Les 2 hommes du club semblent être à la recherche d'une femme, une danseuse qui aurait disparu 15 jours plus tôt ; c'est pourquoi ils proposent de se rendre le lendemain matin à l'endroit où elle habite généralement : une péniche dans le port de Tolbiac habitée par un architecte du nom de Efnar Akengren (architecte suédois) ; Lucien suit, sentant confusément que cette disparition peut-être liée à la mort de Jean Plat. La fouille de la péniche "Le Gros Louis" dans le port autonome de Tolbiac n'apporte aucun élément quant à l'éventuel enlèvement de Zan Zu d'Eridu. De retour au Limaçon Brun, Lucien Tremillon télégraphie à son frère Charles Henri qui arrive au cours du déjeuner. Efnar Akengren paie plusieurs tournées. Avant le déjeuner ils échangent leurs cartes et apprennent que Lucien est en réalité détective privé, que la police a mis son appartement sous scellés à la suite du cambriolage de la veille. Le comte Gorowski arrive pour le déjeuner. Après le dessert, un étrange personnage (défiguré au vitriol) flanqué de deux gardes du corps fait son apparition au club, il s'agit du Beau Steph, d'Alexandre et de William. Comme par enchantement, le portefeuille du Beau Steph reste dans les poches du comte lorsque celui-ci, après s'être renseigné sur l'état des recherches de Zan Zu d'Eridu, s'en va.

De nouveaux alliés

Alexandre et William reviennent pour récupérer le portefeuille du Beau Steph et déclarent qu'ils vont essayer de vous aider contre le monstre qui est, selon eux, responsable de l'enlèvement de Zan Zu d'Eridu. Le comte invite tout le monde à dîner chez lui le soir pour arroser la nouvelle année dans son pavillon de l'avenue Proudhon. Les deux frères Trémillon vont signer la déposition de Lucien au commissariat du 11ème et apprennent la mort du cambrioleur des suites de ses blessures auprès du commissaire Joufflu qui est un camarade de promotion de Charles-Henri Tremillon. Irvinn Steelhorn consulte le registre du Limaçon Brun pour apprendre la profession du Beau Steph : import-export

Festivités de nouvel an

Chez le comte, chacun arrive muni de petits cadeaux, chocolats, fleurs, liqueurs, alcools, caisse d'aquavit etc. Le comte, son père Ivanov (duc et général) et sa sœur Natalia (très belle) ont concocté une soirée qui restera dans les annales : valses jouées par un orchestre, repas pantagruélique et très arrosé, petits cadeaux (chacun une épingle de cravate en argent ciselé), chants, cigares et tours de manipulation improvisés, le comte rend les montres de tout le monde en fin de soirée puis met son carrosse à disposition pour ramener ses invités. L'ambiance est telle que les discussions ne sont même pas assombries par l'enlèvement de Zan Zu d'Eridu, seuls Efnar et Irvinn y pensent encore. Gaël Desbiens ne se préoccupe pas beaucoup des conversations, il est fasciné par Natalia Gorowski; le Comte, pourtant habituellement très courtois lui fait remarquer que sa soeur ne souhaite pas être importunée...

Rencontre et enquête

De bon matin, à la porte du pavillon de Vanves, chez la famille Tremillon, un élégant personnage se présente en automotive, il se nomme Albert de la Feuillantine de Fressenssac.L'automotive d'Albert Charles-Henri l'accueille fraîchement et le prie d'attendre Lucien qui ne saurait tarder. A l'arrivée de Lucien, l'atmosphère se tend encore quand le baron de Fressenssac explique qu'il est chargé d'épauler le détective dans son enquête pour le compte de la Française des Forages. Lucien et Charles Henri Tremillon donnent rendez-vous à l'attaché de direction de la Française des Forages lors de l'enterrement de Jean Plat, le mardi 3 janvier à 9h30 au cimetière de Gentilly. Ils se rendent au domicile de Paul d'Erier et découvrent qu'il a déjà été fouillé selon des méthodes très expéditives. Ils dénichent néanmoins des livres décrivant le comportement des fous, notamment les troubles provoqués par des chocs émotionnels très intenses ; un portrait de Paul et de sa femme devant un petit pavillon de banlieue. En sortant de l'appartement, ils remarquent un homme qui les observe et Lucien le suit jusqu'au numéro 100 de la rue Pascal, au 3ème étage, sur la porte est écrit le nom de Vaulin. Lucien et Charles-Henri Tremillon se rendent alors au Limaçon Brun. Pendant la matinée, Efnar se rend au commissariat du 11ème pour y parler de l'enlèvement, du Beau Steph, de William et d'Alexandre. Le commissaire demande confirmation de la présence de William et Alexandre à Charles Henri par télégramme et l'obtient.

Intimidations

Mauvaises nouvelles au Limaçon Brun, la maison de Charles-Henri a été assaillie par trois hommes masquées puis incendiée à l'aide de bombes. Les pompiers, alertés par le gardien sauveront la maison qui ne subira que des dégâts intérieurs. Charles Henri offre un remontant aux pompiers puis, des policiers enregistrent la déposition du capitaine qui revient furieux au Limaçon Brun avec une lettre de menace : "Occupez-vous de vos ballons !" Le comte arrive au Limaçon Brun et annonce qu'il a trouvé le matin même un message écrit en lettres de sang sur son portail, le majordome du Limaçon Brun a, lui, trouvé un coq égorgé devant la porte de l'immeuble…

D'un Pont à l'autre

William et Alexandre ont passé leur après midi au garage dans un calme étonnant, le Comte Gorowski fait lâcher les chiens dans le parc de son pavillon, le Capitaine apprend en se rendant au commissariat pour compléter sa déposition concernant l'incendie de sa demeure que le Beau Steph a déjà été interpellé pour une affaire de drogue mais que sa culpabilité n'a pas pu être prouvée ; qu'il est soupçonné de tremper dans des affaires de proxénétisme et d'avoir des appuis qui lui ont permis de sortir de prison après sa première arrestation il y a 6 ans. Alexandre et William reçoivent le télégramme d'"un ami" (envoyé par Charles-Henri Trémillon) qui leur donne rendez-vous sous le pont d'Austerlitz. A ce rendez-vous, Efnar et Lucien attendent les pieds dans l'eau ; les autres sont embusqués sur les quais. Alexandre et William sont très inquiets de ne pas avoir été contactés par pour l'incendie de la maison Tremillon… Peut-être le Beau Steph se méfie t'il d'eux ? Ils expliquent que les activités du Beau Steph sont centrées sur le racket et le proxénétisme, que pour l'enlèvement il a probablement utilisé un transporteur de l'entreprise Port' à Port'; Les 2 voyous rentrent et promettent de contacter Lucien dès qu'ils seront à l'abri. Tous se réchauffent autour du poêle et d'une tasse de thé au Limaçon Brun pendant que le Comte Gorowsky termine sa représentation. A la fin de la représentation, il parle avec une élégante personne a qui il donne sa carte. A 22 heures, Lucien reçoit la lettre d'Alexandre, (un fiacre passe dans la rue et un caillou avec la lettre frappe la vitrine) ce qui permet d'identifier les entrepôts de la société Port' à Port' comme un endroit d'où le beau Steph souhaite éloigner les importuns. Alexandre et William ont appris que le Beau Steph a souvent été vu aux environs du Théâtre du Gymnase. Le capitaine organise un survol photographique des entrepôts Port' à Port' dans la journée à l'aide d'un collègue de Gaël Desbiens et d'un ballon emprunté au club des Aéronautes de Mars. Les photos seront disponibles le 5 janvier. Tous se donnent rendez-vous sur le Pont Neuf
Le Pont Neuf
où le froid est cinglant après les activités diverses de l'après-midi pour y mettre en commun les résultats d'enquête obtenus. Lucien a trouvé le dossier du Beau Steph (fiché au commissariat avec une description qui ne lui ressemble plus du tout !) dans les archives du commissariat central. Gaël, lui, rentre bredouille si on omet le sang sur sa porte et le message qui y était planté: "Il est parfois dangereux de s'occuper des affaires d'autrui…".

Les portes qui claquent

Une expédition à Aubervilliers est organisée pour visiter les entrepôts de Port' à Port', Elmer emporte une étrange machine et tous passent chez le comte pour s'armer. Après avoir observé le site, Lucien fait une petite reconnaissance et voit deux gardes qui jouent aux cartes en buvant du vin chaud. En contournant les entrepôts, du côté du bassin, le capitaine monte sur une péniche, puis rampe sur les bâches gelées qui recouvrent quelques caisses. Elmer a de grandes difficultés à franchir le mur d'enceinte.
Les docks La petite équipée pénètre dans l'enceinte puis dans un entrepôt où elle trouve des caisses (notamment de vin) empilées et, dans un coin, des traces de repas datant de plus d'une semaine et des cordes qui ont été coupées. Charles Henri et Lucien proposent de passer à l'action et d'investir le poste de garde. Les gardes n'opposent aucune résistance, Lucien les questionne sur les activités de Port' a Port' lorsque, à la surprise générale, Elmer extirpe de sa valise sa machine infernale qu'il pose en face d'un des malheureux gardes terrorisé. Beaucoup de crépitements, des arcs électriques et une forte odeur d'ozone plus tard, Elmer annonce que le garde ne ment pas et qu'il ne sait rien de particulier sur les activités de Port' à Port'. Il indique cependant qu'un chariot est venu puis reparti nuitamment dans la semaine et qu'il était conduit par Marc Latton. Le baron de la Feuillantine de Fressenssac prend la liste des adresses des clients en copie. Charles Henri propose aux gardes de faire croire à un hold-up et prend la caisse (40 F se retrouvent un peu plus tard dans le bassin). L'adresse de Marc Latton est trouvée dans le registre du personnel.

Le choc de deux mondes

Il est tard dans la nuit quand nos enquêteurs quittent le poste de garde des entrepôts Port' à Port' et se donnent rendez-vous en fin de matinée au Limaçon Brun. Lucien et le Comte partent en fin de matinée chez Marc Latton qui vit dans l'indigence proche des Halles. Ils rencontrent Madame Latton qui, très inquiète leur apprend que Marc est parti travailler. Le Comte invite toute la famille Latton à dîner dans son pavillon.
Le soir, quand les Latton arrivent chez le Comte, ils n'osent pas entrer et sont effarés de tant de luxe. Ils profitent néanmoins de l'excellent dîner mais se tiennent coi quant à l'Entreprise Port' à Port'. Lucien, Irvinn et Natalia Gorowski se relaient pour essayer de les mettre à l'aise sans beaucoup de succès quand Marc craque et s'écroule en larmes : "C'est mal ce que j'ai fait, je ne dors plus depuis, la pauvre femme, je n'avais pas le choix, il faut bien manger, j'ai reçu de l'argent sale…"
Un peu plus tard, il vide son sac ; c'est effectivement lui qui a conduit la voiture pour emmener Zan Zu d'Eridu au Pavillon de Chantilly. Ils sont partis de nuit avec le Beau Steph pour se rendre dans un pavillon situé à l'entrée de Chantilly -Marc Latton donne une description du pavillon-.
Après s'être calmée, Madame Latton a maintenant peur des représailles des kidnappeurs. Le Comte Gorowski leur demande s'ils ont conservé de la famille en province et leur propose de financer leur retour vers leur village d'origine. Les Latton sont émerveillés de tant de générosité et acceptent de s'enfuir dès le lendemain avec la somme remise par le Comte. Au moment de partir, en guise de souvenir, Natalia Gorowski remet une bague à Madame Latton. Le Comte les fait raccompagner en voiture.
Les Latton promettent de donner de leurs nouvelles dès que possible.

A la poursuite de Zan Zu d'Eridu

Sans attendre les amis de Zan Zu d'Eridu décident d'aller la délivrer du pavillon de Chantilly. Le Comte, retenu par des obligations sociales, promet de rejoindre l'équipe dès que possible. Albert, Lucien, Irvinn Charles-Henri, Efnar et Elmer, après avoir étudié la solution du chemin de fer décident d'utiliser des chevaux et l'automotive d'Albert.
L'automotive roulant par moment à des vitesses folles sur les routes de campagne (jusqu'à 40 km/h) est bientôt en vue du pavillon.Le pavillon de Chantilly Albert simule un embourbement devant le pavillon, une grande demeure dans un parc entourée d'un mur d'enceinte, et Lucien va sonner à la porte pour demander de l'aide. C'est alors que les cavaliers arrivent. Un personnage entrouvre la porte et après avoir écouté Lucien, la referme sans dire mot - un comportement des plus malpoli - !
L'homme, une quarantaine d'année, de taille moyenne, brun grisonnant a le visage très marqué… il sera connu plus tard sous le nom de l'Auguste. Confrontés à une telle goujaterie, nos héroïques enquêteurs sont un peu désarmés. Lucien insiste et sonne encore à la porte : "foutez-moi le camp !" est la seule réponse qu'il obtient.
Le Capitaine, habitué à l'ordre (et à être obéit) ne supporte plus la semi-clandestinité de cette enquête et s'en va droit à la gendarmerie de Chantilly pour faire intervenir les forces de l'ordre. Malheureusement le capitaine de gendarmerie est allé écouter les vœux du préfet et il ne sera présent que le lendemain matin. Une garde est organisée devant le pavillon pour la nuit, avec l'aide de la gendarmerie. Tout est calme jusqu'au lendemain matin et aucune lumière ne filtre des volets tirés.

Le pavillon de Chantilly

Au début de la matinée le Commandant de Gendarmerie flanqué de 5 gendarmes arrive au pavillon pour relever les factionnaires et prendre des informations directes sur les dires du Capitaine d'artillerie qui est passé la veille à la caserne.
"Au nom de la loi ouvrez !"
Quelques instants plus tard le personnage patibulaire de la veille vient ouvrir et invite nos enquêteurs à entrer. Image trouvée dans les valises de l'AugusteLa fouille du pavillon débute, l'Auguste est gardé par 2 gendarmes, l'autre personnage (plus agé) fait visiter les lieux au commandant de gendarmerie et aux amis de Zan Zu d'Eridu. Deux gendarmes montent la garde dans la cour.
Les explications données par l'individu sur sa présence dans la résidence de Claude Bonsoulier sont assez fumeuses, cependant la visite se déroule dans le calme; seul élément surprenant : des traces de début d'incendie dans une chambre à l'étage.
Le commandant commence à se demander s'il ne s'est pas laissé entraîner dans une histoire abracadabrante lorsqu'Efnar remarque, pendant la visite de la cave, que celle-ci est petite par rapport à la construction et indique la direction où il pense qu'elle devrait se prolonger. Lucien, fin limier, découvre que l'un des casiers à bouteilles contre le mur ne touche pas le sol, il est fixé au mur et bascule révélant une porte cachée ! L'excitation est à son comble quand l'équipe pénètre dans un local aménagé contenant une grande table à carte, des outils de dessin, un télégraphe de campagne… Le "colonel" profite de la distraction pour s'enfuir malgré les coups de feu qui lui sifflent aux oreilles, il rejoint les bois; mais ceux-ci n'offrent pas une grande couverture à cette saison et Lucien est déjà sur ses talons. Il le rattrape bientôt et le maîtrise ; il sera incarcéré à la Gendarmerie de Chantilly.
L'Auguste s'est enfui pendant la confusion malgré les efforts des 2 gendarmes le poursuivant… il semblerait que l'individu soit doté d'une agilité diabolique !
Toujours aucune trace de Zan Zu d'Eridu.

Libération de Zan Zu d'Eridu

Après toutes les agitations provoquées par les poursuites, chacun se demande ou a bien pu passer Zan Zu ? C'est alors qu'en passant devant le chariot garé devant le pavillon, Irvin entend un bruit...
Son sang ne fait qu'un tour, il saute sur le chariot et trouve, sous le chargement, une trappe et un double fond ; c'est là que les misérables avaient dissimulé la pauvre Zan Zu d'Eridu. Elle est frigorifiée mais heureuse d'être secourue par Irvin. Ramenée au pavillon, elle se réchauffe devant le poêle toujours enfermée dans son mutisme.
Irvinn est aux petits soins pour elle, chacun y va de son conseil pour qu'elle soit confortablement installé. Inévitablement Elmer essaie de lui parler avec l'absence de réponse qui est si familière. Le Comte Gorowski arrive, très inquiet, il a croisé le Beau Steph en chemin et a échangé des imprécations avec lui. De passage au Limaçon Brun, il a trouvé le bar désert et la porte entre ouverte. Il est entré et à retrouvé le cuisinier blessé, le majordome a été enlevé par le Beau Steph.

Une base prussienne !

Fusil Dreysde à aiguille, prussienLe Capitaine, très inquiet de ce qu'il a entrevu dans la cave secrète propose de la fouiller.
Avec entrain, tous se rendent dans la cave pour y découvrir une base avancée avec des cartes, des relevés topographiques, un ballon captif des lanternes de signalisation, un télégraphe (le contenu complet de la cave se trouve dans la section INDICES du SALON). Dans l'autre pièce fermée par une porte métallique dont la serrure ne résiste pas longtemps aux passe-partout de Lucien, des caisses fermées sont empilées.
Le capitaine se dirige vers l'une des caisses et commence à l'ouvrir ; il découvre des fusils à aiguille prussiens dernier cri !
PSCHHiii....
quand une formidable explosion secoue les fondations de la maison, blesse grievement le capitaine à la jambe et Elmer à l'épaule; Irvinn et Lucien sont trés légèrement blessés et un peu sonnés. Encore sous le choc, dans la fumée âcre de l'explosion, les blessés sont évacués tant bien que mal vers le pavillon. Elmer est inconscient et perd beaucoup de sang. Des soins de fortune sont administrés pendant qu'Albert saute dans son automotive pour aller chercher une médecin.

De surprise en surprise

Le salon du pavillon de Chantilly est transformé en hôpital de campagne, un feu rugit dans la cheminée et tous les braseros disponibles ont été réquisitionnés. Le capitaine se plaint de sa jambe qui le fait anormalement souffrir; Elmer revient peu à peu à la conscience mais il ne sera pas transportable avant une semaine. Le médecin essaiera de se procurer au plus vite des béquilles et une chaise roulante.
La découverte du quartier général prussien dans la cave du pavillon inquiète tout le monde, Lucien est retourné voir l'état des dégâts dans la cave et déclare qu'il n'y a plus de risque d'explosion. Le système de piégeage des caisses est assez simple mais efficace ! Les caisses contiennent des fusils, des cartouches des balles, des grenades : un véritable arsenal !
Le médecin du village passera deux fois par jour en attendant que la santé des blessés s'améliore. L'attente n'est toutefois pas monotone car bientôt la boulangère apporte du pain, une fermière des œufs, le vitrier passe pour demander si l'on n'a pas besoin de ses services… C'est tout le village qui semble s'être donné rendez-vous au pavillon.
En soirée, un individu aux manières frustes se présente : Jean Clottereau des services secrets de l'Empereur. Il demande des éclaircissements sur les circonstances de la découverte puis explique que, pour leur sécurité, les sauveteurs de Zan Zu d'Eridu ne doivent pas quitter le territoire national et seront protégés par des "anges gardiens". Il s'en va sans demander son reste.
Tous s'arment en attendant une menace bien diffuse…
Mais les prochains visiteurs sont amicaux, il s'agit d'Adhémar Collet Adhémar Colletdu club de bridge alerté par Liam O'Flaherty sur les risques qu'encourent nos héros en ayant découvert une base prussienne (les services secrets prussiens ne sont pas réputés pour leur tendresse !). Liam est aussi membre du Club de Bridge (cellule des services secrets chargés des affaires allemandes) où il a appris cette nouvelle et s'est inquiété pour ses amis du Limaçon Brun.
La fouille détaillée de la maison permet de retrouver dans la chambre de l'Auguste des tenues de clown, du maquillage et un pistolet d'artifice ; dans celle qui était occupée par le colonel des schémas et des esquisses de mobilier et de décors ainsi qu'une lettre signée "Joé".

Les dangers du Bridge

La nuit tombe, les blessés s'endorment assez rapidement mais autour du feu la discussion reste animée :
  • Que faisait le Beau Steph sur la route ?
  • Quels sont les intérêts du club de bridge ?
  • Que s'est il passé dans la cave ?
Une petite partie de Bridge est engagée, l'équipe Comte Gorowski, Irvin bat à plate couture le tandem Liam - Adhémar Collet. Adhémar Collet, dit le joueur d'échec est inquiet de la visite de Jean Clottereau et propose de rester au pavillon en attendant que les blessés soient transportables.
Jean Clottereau dit 'le boucher'Un plan de bataille est mis en place pour attendre les soi-disant paysans annoncés par la lettre trouvée dans les affaires du colonel. A 3h00 du matin, alors que tout le monde dort, les portes et volets sont arrachés par le groupe action du Club de Bridge armé jusqu'aux dents ... Jean Clottereau à sa tête. En apercevant Adhémar Collet, Jean Clottereau, dit "le boucher", blêmit "Repartez immédiatement, je ferais un rapport sur votre conduite !" Jean Clottereau furieux repart avec ses hommes : "C'est à cause de votre mollesse qu'il y a une taupe parmi nous !"
Adhémar explique qu'il craignait quelque chose de ce genre tout à fait dans la ligne de conduite habituelle du "boucher". Il propose aux présents de se joindre au club de bridge pour lutter contre les services d'espionnage prussiens sous le couvert d'un club qui serait indépendant... Mais il se fait tard et chacun retourne au lit.

Du fourrage pour les chevaux

Partant du principe que les "paysans" s'attendent à voir deux personnes, seuls Liam et Irvinn sont visibles quand une charrette arrive et qu'un homme avec un fort accent apporte du Fourrage pour les chevaux.
Au cours de l'intervention, l'un des espions, Allan Krull, est tué par Liam d'une balle en pleine poitrine alors que l'autre est capturé par le Capitaine qui n'a pu se retenir d'intervenir malgré ses béquilles. Les espions devaient prendre livraison des armes et les apporter à Paris. Apparemment ils ne connaissent pas l'adresse de livraison…
Deux gendarmes se présentent au pavillon porteurs de mauvaises nouvelles; des incendies se sont déclarés la nuit dernière à Chantilly, ensuite le gardien de la prison a été assommé, les écuries incendiées. Tous les chevaux, qui avaient été détachés auparavant, sont saufs mais le "colonel" a disparu. Il aurait été vu filant comme le vent en croupe sur un magnifique étalon alezan.

Le cadeau de Doudou

La nuit tombe, les blessés s'endorment assez rapidement mais autour du feu la discussion reste animée :
  • Que faisait le Beau Steph sur la route ?
  • Quels sont les intérêts du club de bridge ?
  • Que s'est il passé dans la cave ?
Le lendemain matin, à l'aube, des éclats de voix bientôt suivis de coups de feu réveillent le pavillon. Tout redevient calme, depuis les fenêtres du pavillon on ne voit rien… Quand une heure plus tard on frappe à la porte, Lucien et Albert s'arment et vont ouvrir. Dans l'encadrement de la porte apparaît un nègre en costume de ville qui porte un paquet dans un manteau.
Un cadeau pour vous !
Dans le linge ouvert tout le monde peut voir la tête tranchée du Beau Steph ! Horreur et consternation, Doudou n'y va pas de main morte et explique que ce méchant homme avait fait enlever Zan Zu d'Eridu et projetait d'assassiner tout le monde avec l'aide de quelques hommes de main.Le cadeau de Doudou Une altercation est survenue à l'aube quand Doudou a refusé, bientôt suivi par Gros Momo et Georges Brabu, Isabeau a soutenu le Beau Steph. Gros Momo et Georges Brabu sont morts, Isabeau (de la même tribu que Doudou) est parti. Le Comte Gorowski demande immédiatement à Doudou ce qu'il compte faire, devant son hésitation il lui propose d'entrer à son service, ce que Doudou accepte.
Le capitaine trouve cette façon de régler ses comptes nettement déplacée mais se résout à l'indulgence, Irvinn n'a pas l'air très affecté par ce qui vient d'arriver.

Objectif 1900, la fondation

Après cette période mouvementée le retour à Paris s'annonce comme un repos bien mérité.
Le club Objectif 1900 d'intérêt scientifique est fondé, il reçoit une dotation de 10.000 F du ministère de la science. Le Comte Gorowski en est le président et fournit les locaux rue de l'observatoire pour le club. Sa mission sous couvert de recherche scientifique est de seconder le Club de Bridge tout en conservant une indépendance...
Il semble en effet que la cellule de contre-espionnage est infiltrée par une taupe. Les prussiens sont avertis de leurs faits et gestes et ne se font plus prendre !
Elmer se remet de ses blessures, le Limaçon Brun est fermé et il va falloir remplacer le majordome qui a été torturé, tué puis jeté dans la Seine par le Beau Stephselon les dires de Doudou.
L'enquête suit son cours et le traffic d'armes prussiennes de cette qualité (fusils à aiguilles) demande une action rapide pour le neutraliser. C'esr à Objectif 1900 qu'est confiée la mission de se rendre en Afrique, à Abidjan. L'affaire de la mine de M'wanga Orodo et le traffic d'armes paraissent intimement liées.