Notre Dame de France

octobre 1861 - Paris - Le Puy en Velay

des canons pour la Sainte Vierge

Notre Dame du PuyLe Capitaine Charles-Henri Trémillon est responsable de l'acheminement des canons pris à Sébastopol pour une œuvre pieuse à la gloire de la Sainte Vierge en la Ville du Puy en Velay.
Un régiment d'artillerie lui est affecté par le Général Pélissier pour cette mission honorifique en remerciements de services rendus en Crimée.

La coulée de la statue de Notre Dame de France est proche../..

Après la conférence de Gabriel, Objectif 1900 se rend au puy. L'instabilité du Comte s'accroît. Les incidents se succèdent puis les membres du club trouvent un intrigant métal. Un attentat sur la personne de Mgr Galluce aboutit à la capture d'illuminés parlant une langue étrange. Un livre ancien est découvert.

Conférence au muséum

Gabriel DermembonPrière au Dieu Darwin termine sa conférence au Museum d'Histoire naturelle, le thème des grands singes et de leur proximité avec la race humaine, dans la droite ligne des théories évolutionnistes de Darwin, est accueilli sous les lazzis par l'auditoire. Les partisans du créationnisme injurient Dermembon qui est soutenu par une autre moitié de l'auditoire.
De retour au club, la discussion se poursuit à propos des Bonobos quand arrive le Capitaine qui invite les présents à assister à la fonte et à la bénédiction de la statue de la vierge au Puy en Velay. Le retour d'Algérie de Gaël Desbiens est salué.

Voyage au Puy

Le lendemain matin, notre vaillante équipe est sur le départ à l'embarcadère du Chemin de Fer d'Orléans; dans les sifflements des chaudières, le train s'ébroue et le voyage commence.
L'aigle, machine expérimentale pour les trains à grande vitesse
Le train traverse les fortifications de Paris puis passe devant le fort avancé de Bicêtre où étaient entreposés les canons transportés par le capitaine jusqu'au Puy.

Qui est assis dans le train ?

Le voyage en train de part les belles campagnes de France est bientôt perturbé par les sautes d'humeur, voire de comportement du Comte. Tantôt il est craintif, naïf et émerveillé par le train, tantôt il se fait passer pour un certain professeur Ratio, tantôt il est lui-même: distingué et chevaleresque…
Doudou, dans son tout nouveau costume de ville, prend les choses en mains au moment d'un des nombreux arrêts en gare du train et fait boire au Comte un thé tranquillisant.
Le Comte endormi, ses amis du club s'interrogent:
-Que se passe-t'il?
-La machine d'Elmer peut-elle présenter une solution?
-Est-il habité par les esprits ?

Le capitaine, avec d'infinies précautions, montre à tous les membres du club les étranges "boulons" qui apparaissent dans le crâne du Comte. Elmer est formel, ce type d'opération nécessite un très long rétablissement, elle a donc eut lieu avant que le Comte rejoigne objectif 1900.
C'est sans doute l'intervention de la machine qui a déclenché quelque chose…
Le Comte se réveille et ses amis résolvent de lui parler de cet état de fait. Après les crises, il ne se souvient de rien, mais certains faits anciens commencent à déchirer le voile de ses rêves.
Il se souvient d'avoir été l'objet d'une expérience pour devenir un soldat d'élite. Il identifie le professeur Ratio comme quelqu'un qui est intervenu dans l'expérience…
Il est persuadé qu'Adhémar Collet est responsable de son état actuel.
Il identifie le comportement enfantin de Max comme le sien mais rassure ses amis : "Pour vous je resterais toujours le bon compagnon qu'est le Comte Gorowski".

Elmer propose d'utiliser les techniques d'écoute de la psychologie pour l'aider, Doudou propose de le soutenir par de l'hypnose, le Capitaine l'assure de son soutien.

Malheureusement ces thérapeutiques sont longues et tous décident de tirer l'affaire au clair auprès d'Adhémar Collet.

Le voyage continue, long et monotone malgré la rapidité des nouvelles locomotives de la compagnie d'Orléans.

Le mauvais sort...

Le capitaine entreprend de relater le cours de son aventure pour acheminer les canons au Puy… Le trajet a été semé d'embûches. Pas assez de wagons pour charger au départ, un régiment de bras cassés pour assurer les manœuvres, du sabotage sur la ligne de chemin de fer -une réserve d'eau éventrée- pour culminer en un attentat !
Une charge de poudre a explosé sous un pont au passage du train mais le prudent capitaine, avait fait escorter le train par des cavaliers qui ont arrêté les terroristes. Terroristes terrorisés depuis puisqu'ils n'arrivent pas à aligner deux mots cohérents aux gendarmes qui les interrogent à Clermont Ferrand.
Enfin, à l'arrivée, l'escouade de reconnaissance, menée par un officier de valeur et chargée de préparer les chariots pour le trajet Clermont-Le Puy a disparu !

Du train à la diligence

Enfin arrivés à Clermont,La tour de Guernac les membres d'objectif 1900 dorment et repartent le lendemain en diligence vers le Puy.

Ils passent devant un château menaçant dont le donjon est à demi détruit: Guernac.

Arrivés au Puy,
Le Puy au couchant

le capitaine passe ses troupes en revue et refait mettre en ordre le Campement.
Jean Bonnassieux, architecte et sculpteurA l'arrivée de Jean Bonnassieux, l'architecte de la statue, l'ambiance se détend. Le bonhomme ne se démonte pas et prend toutes les mésaventures du chantier avec humour.
Autour du dîner à l'auberge du Canari enchanté les dernières péripéties sont racontées par l'architecte: des feux follets attaquent le camp pendant que les démons retournent des croix et que les ouvriers possédés sabotent les moules de coulée !

Préparatifs de la cérémonie

La cérémonie de coulée en présence de l'évêque doit avoir lieu le lendemain matin, l'estrade des personnalités et le pavillon qui servira de chœur sont érigés. Au vu de l'ambiance générale du chantier, le capitaine fait doubler toutes les gardes et l'architecte envoit en ville tous les ouvriers pour l'après-midi.

Les membres du club arpentent le décor incroyable de la statue découpée en morceaux et mise à plat, les moules, les brûleurs, les canons - maintenant morcelés et chargés dans les gigantesques creusets - les échafaudages sur le pic, les conduits où s'écoulera le métal en fusion…
Quand un éclat métallique attire l'attention, de plus près c'est un petit tétraèdre brillant qui est posé sur le moule en plâtre d'un des bras de la vierge.

Le TREMILLIUM !

L'intrigant petit tétraèdre est positionné dans un moule de coulée du bras de la Vierge. Craignant qu'il perturbe la coulée, le capitaine tente de s'en saisir. Il n'arrive pas à le soulever ! Après examen par Gabriel et Gaël, celui-ci n'est pas fixé. Seule son incroyable masse le rend difficile à saisir et à soulever. En utilisant un levier, Gabriel et le Capitaine soulèvent l'objet et le rapportent sous la tente de Charles Henri.
Le tétraèdre mystérieux Elmer et le capitaine tentent l'expérience de couler sur la pyramide étrange du métal en fusion. A priori, pas de réaction puis, le métal refroidit, durcit et se fend en trois !

La pyramide est intacte. Elmer propose de mettre à l'abri cette découverte dans un coffre de la Banque du Puy tandis que les autres membres du club enquêtent et s'aperçoivent que la croix retournée est munie d'un logement pyramidal dans sa base...

La bénédiction

C'est l'arrivée des notables au petit matin du 13 octobre.
Monseigneur GalluceMgr Galluce entame la bénédiction après une homélie courte mais patriotique et bien sentie sur la victoire contre les russes à Sébastopol.
Un sombre pressentiment et une grande tension se répandent parmi les membres d'objectif 1900.
Au moment où l'évêque lève les bras pour bénir la coulée des pièces de la vierge, une détonation claque, le capitaine plonge.
La blessure de Mgr Galluce ne parait pas mortelle. Dans la confusion un panache de fumée blanche est repéré au sommet du rocher Corneille, hors de portée de tout fusil connu ?

A l'assaut

Le capitaine, Gaël et Doudou se précipitent vers les échafaudages qui équipent le rocher Corneille, le Comte s'abrite derrière une caisse et observe la scène. Un peloton de gendarmerie fait mouvement vers le rocher.
Le tireur n'est pas seul, bientôt Doudou essuie un tir de chevrotine à bout portant et ne doit son salut qu'à un plongeon dans les échafaudages. Le capitaine tire sur un bandit paralysé de peur. Gaël et Gabriel se battent comme de beaux diables manquant tomber à chaque mouvement brusque.

Le Comte repère une activité en haut du roc, il voit rouge, se précipite sur une grue, agrippe le filin et coupe les contrepoids de sa canne épée. Il est propulsé dans les airs et se reçoit tant bien que mal à quelques mètres du sommet.

Une nouvelle crise

Les deux personnages qui sont au sommet semblent très affairés, ils n’entendent pas le Comte approcher qui percute l’un de ses adversaires. Le Comte crispe ses mains sur la gorge de son ennemi à terre quand le capitaine arrive menaçant tout le monde de son revolver.
L’autre sbire, voyant la partie perdue, se jette dans le vide. A la surprise générale, sa cape se gonfle soudain et il flotte jusqu’au sol où il est cueilli par les gendarmes !
Le capitaine constate avec effroi que le Comte s’acharne sur son adversaire et ordonne : « garde à vous ! »… Reprenant ses sens, le Comte se met au garde à vous et attend.

Tlön Uqbar Orbis Tertius

La situation sous contrôle, nos vaillants aventuriers explorent le sommet qui est constellé de coups de pics… Bientôt Gabriel repère un nuage de poussière et découvre une dalle qui cache un logement creusé dans le roc contenant un étrange livre…
Descendant du rocher, les membres du club se réunissent autour du livre alors que les quatre bandits survivants sont aux arrêts.
Gabriel est très surpris par l’écriture du livre mais tente toutefois une interprétation phonétique d’après ses connaissances des écritures anciennes : « TLÖN UQBAR ORBIS TERTIUS ».