Georges Eugène, baron Haussmann

Petit-fils d'un député, fils d'un intendant militaire de Napoléon 1er, Haussmann naît à Paris en 1809 dans une maison qu'il fera démolir sans le moindre état d'âme. Sa carrière administrative le conduit à la tête de la préfecture de la Seine le 24 juin 1853.

Biographie simplifiée

Haussmann préside dès 1853 aux énormes changements urbains de la capitale grâce au soutien inconditionnel de Napoléon III. Avant l'arrivée du baron, Paris était une ville médiévale aux ruelles étroites, insalubres, louches et mal famés. Pour remédier à cette situation, il expropria, indemnisa, défonça, abattit et rebâtit sans compter. Parmi les monuments ou bâtiment qui ont été voués à la démolition nous citerons : La Tour des Hospitaliers de Saint-Jean-de-Latran, l'église Saint-Benoît, les restes du collège de Cluny, le marché des Innocents, l'hôtel Coligny, de nombreuses églises et chapelles.
Quelques réalisations Le percement des boulevards Sébastopol, Magenta, Arago, Voltaire, Diderot, Cours de Vincennes, Malesherbes, Saint-Germain. Puis celui des avenues Kléber, Foch, Victor Hugo, Carnot, Niel, Friedland, Iéna, George V. Enfin les rues de Rivoli (partiellement ouverte avant l'empire), Soufflot, Réaumur, du Quatre-Septembre, de Rennes, Turbigo, des Ecoles.
Le coût faramineux des travaux ainsi réalisés est très reproché à Haussman.

Commentaire Falkenstein

Haussman est actuellement très apprécié de la bourgeoisie et des classes dirigeantes, il participe à tous les travaux de modernisation qui lui semblent réalisables. C'est ainsi qu'il a présidé l'inauguration "bis" du pont au Change le 15 août 1861.

Discours inaugural du Baron Haussmann (15 août 1861)

"Mesdames, Mesdemoiselles Messieurs, En cette date anniversaire de l'inauguration du Pont au Change, sur ce Beau Monument marqué du "N" de notre bien aimé Empereur, comment se souvenir ? ... Comment se souvenir que Le Pont au change était encore il y a moins de 100 ans un résidu moyenâgeux portant des 50aines d'habitation malheureuses, en équilibre bancal, à la limite de l'écroulement, sans plan sans lumière, recouvert d'immondices. Comment se souvenir que ce pont a vu l'exposition de 300 cadavres exterminés par les furieux révolutionnaires au Châtelet et à la Conciergerie. Fort heureusement ces heures sombres ont été éclairées par décret Impérial du 15 août 1858 l'empereur a ordonné la reconstruction d'un pont moderne. Paris s'ouvre, se transforme, s'agrandit. Le 15 août 1860 pour relier le nouveau boulevard du Palais à la Place du Châtelet ce pont long de103m par 31m de large remplace de ses 3 arches de 31,60m, les 7 arches de l'ancien. Mais ce n'est pas tout ! Nous avons voulu faire de se pont une merveille, un miracle de technologie qui nous soit envié dans toutes les capitales !"

D'un geste théâtral, le baron envoie le signal du démarrage de 4 machines à vapeur aux angles du pont, leurs cheminées luisantes sont révélées et les toiles qui recouvrent le pont sont doucement retirée, l'estrade même sur laquelle il est juchée se met à se déplacer le long du pont !! Quand elle a changé de rive elle s'arrête, les machines à vapeur se mettent à siffler doucement.
"Ces trottoirs mobiles permettront à tous les habitants de Paris de traverser la Seine dans un temps record, ce qui assurera l'unité de notre belle cité et réconciliera les 2 rives rivales dans un seul élan grandiose vers la cité universelle…."