La science de la déduction


Extrait de " précis de criminologie " par Lucien Trémillon,
ouvrage dédié à Jean Plat mon mentor et ami.

L'enquête

Les procédés d'étude criminelle en vogue reposent largement sur la délation ou sur la chance.
Il faut introduire la quasi-infaillibilité de l'observation, du raisonnement et la nécessité, pour devenir un brillant détective de porter au superlatif l'analyse de l'indice.

L'analyse

...Pour parfaire cette analyse, le détective avisé doit se doter des moyens d'étendre, de développer et de parfaire ses cinq sens. Il étudiera donc l'analyse chimique, les procédés de prélèvement, la microscopie…

La photographie complètera dans ses moindres détails la mémoire du détective mais il faudra se souvenir qu'elle prive ce dernier de l'ouïe, de l'odorat, du toucher et du goût qui sont ses alliés.
La scène du Crime
C'est à cet ouvrage que fait référence Sébastien Choupard, rencontré dans l'affaire des Cerfs de Fer à la grande surprise de Charles-Henri Trémillon.

La déduction en tant que science

" Comme toutes les sciences, la science de la déduction et de l'analyse ne peut s'acquérir qu'au prix de longues et patientes études… Elle aiguise nos facultés d'observation, elle nous apprend à regarder et à voir. Les ongles, la manche du vêtement, les chaussures, les genoux du pantalon, les durillons des pouces et de l'index, les manchettes de la chemise, l'expression du visage, voila autant d'indications certaines sur le métier qu'exerce un homme… "

Extrait de Sherlock Holmes - Etude en rouge -

L.T.